Typologie du Zouf

 Les commentaires sur Facebook : un lieu d’échanges la plupart du temps agressif et violent où chacun y va de sa petite réplique assassine, pour gagner ou pour se faire liker. Si on conversait aux coins des rues comme sur Internet, il y aurait plus de bagarres au pied carré que de blagues de petits dans un show de Billy Tellier. Comment réguler tout ça? S’il y a bien quelque chose que le mononcle de Spiderman m’a appris avant de mourir, c’est qu’ « avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités.» Par réflexe, à chaque pouvoir qu’on me donne, j’analyse sa contrepartie, c’est-à-dire le lot de responsabilités qu’il implique. À la liberté d’expression, j’octroie un pouvoir immense. D’une phrase, je peux ruiner une vie, déclarer une guerre ou créer des légendes qui perdureront des siècles.

Pourtant, les responsabilités liées à notre extraordinaire capacité de s’exprimer se font plutôt discrètes. Nous n’en parlons presque jamais. Sur Internet, il y a de ces personnes qui abusent de leur pouvoir et s’expriment sans prendre la peine de s’enquérir de leur responsabilité. Parmi ces gens il y a quatre types de Zoufs qui m’irritent particulièrement. Les voici :

Le Godwineux : Boulimique de l’hyperbole, ce type ne laisse aucune place à la surenchère. Chaque gouvernement se rapproche d’Hitler, de Staline ou de Mussolini. Chaque décision prise nous rapproche d’une nouvelle Shoah. Il ne réalise souvent pas la cruelle ironie de toujours s’exprimer sur le fait qu’une hypothétique dictature nous empêche de nous exprimer.

La responsabilité qu’il néglige : La nuance dans ses propos, le recul, l’objectivité, une connaissance plus approfondie de l’Histoire.

L’Enragé :Accro au caps locks et allergique à l’orthographe, ce type a, dans ses propos, le meurtre facile. À l’entendre parler, il tuerait n’importe qui (principalement un étranger ou un cycliste) pour un oui ou un non.

La responsabilité qu’il néglige : La prise de recul, l’empathie, l’ouverture d’esprit.

L’apprenti-Pérusse : Il aime bien discréditer les idées de ses adversaires en faisant un jeu de mots, un acronyme ou autres trucs douteux avec leurs noms. Péladeau=Pédalo, NPD=Nouveau Parti Désastreux, CONservateur! Justin Trudeau=Juste un trou d’eau, etc.

La responsabilité qu’il néglige : Celle de réfléchir pour produire un argumentaire se basant sur des faits et la logique et non sur un ad hominem combiné à de l’humour de clown français.

Le Copy-Pasteur : Grand prêtre de l’Église St-Intellectuelle-des-âmes-souffrantes , ce type répand la bonne nouvelle à coups de copier-coller de paroles de ses penseurs préférés. Peu importe qu’il s’assoie à gauche ou à droite à l’Église, qu’il prie St-Duhaime ou St-Baillargeon ce type ne fait qu’absorber ce qu’on lui donne et tente d’évangéliser Internet.

La responsabilité qu’il néglige : L’esprit critique, la compréhension concrète de l’argumentaire qu’il avance, le respect de la propriété intellectuelle, l’ouverture d’esprit.

Bien sûr, il y a d’autres types de commentateurs irritants sur Facebook. Ce qu’on doit retenir, c’est que lorsqu’on te permet de t’exprimer, la moindre des choses est de faire preuve d’objectivité, d’ouverture, de respect, de nuances, etc. C’est normal que des gens ne pensent pas comme toi et ce n’est certainement pas en les insultants que tu vas réussir à les faire changer d’idée.

Sans rancune, les Zoufs.

(P.S. Sans rancune, Billy Tellier!)

Tommy

 


Pour lire les anciens textes sur le même thème: