T’es bonne, t’es belle, t’es capable.

T’es bonne, t’es belle, t’es capable. Cette phrase-là, les gens de ma génération se le sont souvent fait dire. De notre naissance, en passant par la maternelle, puis le secondaire pour se rendre jusqu’aux études supérieures. «Sont élevés dans du velours», diront ces chers baby-boomers.

De mon côté, j’ai fini par y croire. Chaque petit pépin était surmontable, parce que je suis bonne, belle et capable. J’ai souvent échoué, on m’a déjà fait de la peine, mais c’est pas grave, parce que je suis bonne, belle et capable. Vous aussi, vous y avez sûrement cru, parce qu’au fond, y’a beaucoup de vérité dans cette phrase-là.

Tout le monde est bon. C’est vrai, on est tous bons à quelque chose, que ce soit cligner des yeux ou boire un verre d’eau. Tout le monde est beau, parce que tsé, la beauté est subjective. Tout le monde est capable d’au moins une chose, ne serait-ce que de respirer.

Mais, dites-moi donc pourquoi, à un moment donné ou à un autre, on se permet de douter de nos capacités? Écoutez-moi bien, je ne pointe personne du doigt ici, parce qu’à moi aussi, ça arrive de me sentir pu bonne, pu belle, pu capable.

En ce moment, ma vie est constituée d’éternelles remises en question. Voyez-vous, j’ai perdu mon emploi en novembre. Ça va faire cinq mois. Cinq très LONGS mois, à chercher un boulot. À refaire mon CV et à défricher tous les sites web de recherche d’emploi imaginables.

Depuis la fin du mois de novembre, j’ai postulé à 83 emplois. No jokes. J’ai envoyé plus de 80 CV, lettres de présentation et tout le tralala. Pis ça fait vraiment mal à mon orgueil de vous l’admettre.

J’ai passé environ une dizaine d’entrevues. Ça, ça veut dire 10 entrevues sur 83 applications. La plupart ont tous très bien été. On m’écrivait pour me dire «T’as vraiment une belle personnalité, t’es super, mais… On ne t’a pas choisi. Bonne chance!» Je versais ensuite quelques larmes, couchée en boule dans mon lit et je maudissais la terre entière en me disait que c’était tant pis pour eux. J’ai toujours été un peu trop dramatique, je l’avoue.

Mais, quelques heures plus tard, j’étais déjà en train de réécrire ma lettre de présentation, parce que tsé, faut surtout pas se décourager.

Même si c’était parfois T-R-È-S difficile de garder confiance.

Pourquoi je vous raconte tout ça? Pour vous rappeler que je suis toujours à la recherche d’un emploi et vous demandez de me partager vos plugs? Un peu. C’est surtout pour vous rappeler (et me rappeler) que ça peut pas toujours bien aller. Que c’est normal d’avoir des hauts et des bas, ça fait partie de la vie, mais que l’important, c’est de continuer à croire en nous.

Au moins, je suis bien entouré. J’ai un amoureux, une famille et des amis très à l’écoute. Toujours prêts à me botter les fesses et à m’encourager. Même si je rage parfois de les entendre me répéter «lâche pas, un jour ça va arriver».

Sans rancune, les employeurs qui ne m’ont pas choisi, c’est tant pis pour vous!

Chloé

 


Pour lire les anciens textes sur le même thème:

One Reply to “T’es bonne, t’es belle, t’es capable.”

  1. merci…je suis dans le même bateau…les cv me sortent par les oreilles tellement j’ai l’impression que chercher une job est PLUS que seulement un 40h/semaines… on va y arriver et tu sais quoi… on aura une job qu’on aime et dans laquelle on sera BIEN!!! x

Les commentaires sont clos.