Ma pire meilleure rupture

Le bonheur, c’est pour moi un thème inspirant. Pourtant, avant de commencer à écrire, j’ai eu une panne. J’en ai tellement à dire sur le sujet, que je ne savais pas trop où commencer. Je ne voulais pas manquer mon coup. C’est pour cette raison que j’ai pris mon temps pour y penser.

C’est en faisant du ménage que je suis tombée sur un petit calepin à l’apparence plutôt banale. En le feuilletant, je me suis souvenu de ce qu’il contenait, mais surtout du moment où j’ai rédigé ces textes.

Alors, on est au début de l’an 2011, j’ai 20 ans. Je viens alors de vivre un rejet amoureux qui m’était rentré dedans. Je ne l’aimais pas vraiment ce gars-là, je le trouvais plate pis je savais que je n’allais jamais rencontrer ses parents. C’était un comptable voué à un avenir ennuyant. Ce gars-là m’a crissé en dehors de sa vie pour retourner avec son ex parce que c’était plus safe. Avec elle, il savait ce qui l’attendait. Il savait qu’il ne l’aimait pas passionnément, mais qu’elle ferait une ben bonne mère de famille. Tu vois le genre?

Quand c’est arrivé, j’ai eu envie d’écrire. D’écrire ce que je ressentais parce que je ne comprenais pas trop ce que je ressentais pis pourquoi j’avais autant de peine. Je voulais tourner la page. C’est au moment où je suis tombé sur une phrase qui m’a bouleversé que j’ai eu envie d’écrire: «Vaut mieux vivre imparfaitement sa propre destinée que de vivre la vie de quelqu’un d’autre à la perfection.» Cette phrase, je l’ai lu dans le livre Mange, prie, aime (huhuhu!), mais c’est initialement un extrait de La Bhagavad Gita un texte yogique de l’Inde ancienne.

À l’époque, cette phrase m’avait fait penser à mon comptable plate qui avait décidé de vivre la vie de quelqu’un d’autre, juste parce que c’est plus safe.
Je m’étais alors posé une question : c’est quoi le bonheur?Voici ce que je m’étais répondu :

« Le bonheur, c’est être vraie, intègre, unique, bizarre, originale, drôle, alerte. C’est être moi, malgré la pression sociale.
La vie n’est pas simple. Elle est remplie d’erreurs, d’embuches, de découragements. Vie là. Complètement. Sans peur. Le bonheur est près de toi. Tends les bras. Ouvre ton cœur. Écoute. Regarde. Goûte. Vie.
Respire. Arrête de penser à toutes les choses stressantes qui t’arrivent et qui t’arriveront. Fais de ton mieux, le reste on s’en fou. Tu vis pour qui? Pour quoi? Pour toi. Pour le bonheur. Ne sacrifie pas ton bonheur pour des choses futiles. Il n’y a pas de règles à suivre. Tu vis ta vie comme tu l’entends. À ta manière. Parfaitement, dans l’imperfection. Fais-toi confiance et souris à la vie. Sois heureuse, profites-en. »

Plus de 5 ans plus tard, le hasard a fait que je suis tombé sur ce petit gribouillis-là. Vous trouverez peut-être ça cucul, mais j’y crois encore fermement à cette idée du bonheur.

Relire ces quelques phrases m’a fait du bien et m’a inspiré à continuer à cultiver mon bonheur. Merci, Chloé de 2011!

Sans rancune, les comptables. Il n’est jamais trop tard pour changer de vie!

Chloé

 


Pour lire les anciens textes sur le même thème: