L’humour dans le couple

T’es tu déjà dit : «Je cherche quelqu’un qui me fait rire, qui a le sens de l’humour»?

C’est un peu normal, tout le monde aime rire. C’est rare les gens qui cherchent «quelqu’un qui me fait pleurer!» Le sens de l’humour, c’est large, il y en a plusieurs types. Tu ne veux pas partager ta vie avec quelqu’un qui fait de l’humour de «menoncle », tu ne veux pas sortir avec Peter Macleod. Pour éviter ça et avoir une bonne relation, sache que ce que tu cherches c’est une personne qui tente de te surprendre dans ton quotidien, une personne originale qui s’adapte à l’évolution de ta personnalité. Si son humour devient prévisible, je t’annonce qu’il ou elle deviendra rapidement irritant. Crois-moi, j’ai déjà travaillé au service à la clientèle.

Dans la vie de tous les jours, le sarcasme, l’ironie, c’est ma tasse de thé. La phrase «t’es con!», je l’ai entendu souvent, c’est mon rire à moi. En restant sérieux, je tente de convaincre les gens de toute la marde que je dis. Le fait d’y avoir cru déclenche le rire. Côtoyer ce genre d’humour quotidiennement, c’est plaisant… au début.

Quand une relation dure plusieurs années, ça devient difficile de surprendre l’autre. Elle peut savoir si je dis vrai ou si je plaisante. Pour y arriver, je dois aller plus loin, je dois marcher sur une corde très mince. Si je reste en équilibre, je vais la surprendre. Si je tombe, je risque de créer encore une chicane de couple. Mais, ça vaut le coup!

Allongés sur le divan, on écoute une émission sans importance.
La pause publicitaire commence,

Moi,
Hey, j’pense à ça!

Elle, se retourne vers moi.
À quoi?

Moi,
Tu trouves pas qu’on se fait bien l’amour?

Elle,
Ben oui! C’est parce qu’on s’aime, on s’écoute, on veut faire plaisir à l’autre.

Moi, comme une évidence
Et qu’on ferme les yeux pour penser à quelqu’un d’autre!

Ma phrase l’a frappé comme un mur, l’onde de choc est en train de me faire perdre l’équilibre.

Elle,
Quoi!?

Son « quoi » n’est pas tout seul. Il est accompagné d’une odeur particulière, mais familière. Ça sent la chicane! Ça ne sent pas, ÇA PUE!

J’ai deux options :

  • Je me risque avec une phrase qui pourrait me faire tomber dans une chicane dont la grosseur est directement proportionnelle à la durée.
  • Je décroche tout de suite pour ne pas rater la fin de La Guerre des Clans. Je veux savoir si la famille Côté performera au jeu du gros lot. Durant le premier jeu, ils ont vraiment bien répondu à la question : « On a demandé à 100 Québécois, Québécoise: comment pourrait-on continuer cette histoire? »

Moi, en restant des plus sérieux
Du calme! Y’a rien de méchant, j’pense que je m’suis mal exprimé!

Continuer ou décrocher?

Elle,
J’pense aussi!

Fuck that.

Moi, comme une évidence
Quand j’ai dis qu’on ferme les yeux pour penser à un autre, j’parlais pas de moi…j’parle de toi!

Elle, confuse
Hein!

Moi, continue sur la vague.
Oouuii! J’te voyais faire pis c’est la seule conclusion que j’ai pu en tirer.

Elle, se sent coupable
Ben non! Si j’ferme les yeux, c’est parce que c’est un beau moment pis…

Elle croit que j’y crois…

Moi,
Justement, si c’est un beau moment, ouvre les yeux! Peux-tu me raconter UN beau souvenir en voyage, en famille ou en voiture où tu as eu les yeux fermés?

Elle, reviens sur terre
Hein, en voiture?

Moi, avec un petit sourire
D’habitude quand tu trouves de quoi de beau, tu me le montres pis tu le regardes pendant un p’tit bout de temps. Tu en prends même des photos… euh… j’dis pas que j’veux des caméras là.

Elle, une tape sur l’épaule
Tu m’niaises.

T’es con!

Moi,
Merci!

Sans rancune, moi aussi je ferme les yeux!

Mike

 


Pour lire les anciens textes sur le même thème: