La noblesse du rire

J’aime ça rire.

Maudit, j’aime rire.

Ça fait du bien.

Du bien partout.

Autant au corps qu’à la tête.

Criss, ça fait du bien de rire.

Ça soulage même.

Soulage quand y’a des frettes.

Soulage les moments difficiles.

Soulage après un soulagement trop précoce.

Ça soulage aussi de pleurer.

Mais imagine comment c’est ben mieux de pleurer de rire.

Maudit, j’aime ça rire.

C’est dans mes veines.

Dans ma vie de tous les jours.

À la job, à la maison, dans mes relations.

Même dans mon couple.

C’est un critère d’amour.

« La personne doit avoir le sens de l’humour.»

Ben quin, c’est nice rire.

Imagine vivre avec quelqu’un de plate.

Vraiment plate.

C’est pas stimulant.

Pas dans le sens semi-croquant.

Stimulant, mentalement.

Peu importe la situation.

Il y a de l’imprévisible.

Ça me surprend encore et encore.

Parce que c’est ça rire.

La surprise.

Comme quand tu regardes ta copilote.

En même temps de conduire.

Pis là en te retournant vers la route.

«Criss m’a frapper un chat!»

Nope, c’est un bout de pneu.

AHAHAHAH!

LOL!

Criss, c’est le fun rire.

Y’a rien de mieux que rire.

On peut pleurer de rire.

Mais impossible d’être triste de rire.

J’en suis accro.

C’est ma drogue.

Ma façon de m’injecter des hormones du bonheur.

Endorphine, dopamine, sérotonine.

Fuck la Fentanyl.

Même pas besoin de payer pour les hormones.

J’en sécrète.

Gratos.

Juste besoin de rire.

C’est ça le deal.

Une chance que y’a plein de façons de rire.

Dans la télé, dans l’internet, dans les bars.

Plus facile encore.

Maintenant juste besoin de jouer à des jeux de société.

Qui t’offre des prémisses pis des punchs.

Pourquoi rendre ça plus compliqué.

Fuck la créativité.

C’est le rire qui est important.

C’est sûr qu’on pourrait prendre un bout de papier, s’écrire des phrases pis se surprendre en gang.

Fuck it.

Trop d’effort.

Pourquoi…

Chercher une genre de fierté dans le rire.

Wtf!

Je m’arrange avec les punchs imposés.

J’aime trop rire pour travailler sur mon humour.

Il m’en faut.

MAINTENANT.

Faut que je trouve du rire.

Esti qu’il m’en faut.

J’suis prêt à tout pour en avoir.

Oh!

Suivre des cours de yoga du rire.

Criss de bonne idée.

Go!

Criss c’est nice rire.

Fait du bien!

Y’a rien de bizarre à vouloir rire.

Même être une douzaine dans une salle qui se force à rire en faisant des mouvements du quotidien.

« Prochain exercice, on se place en cercle et on démarre notre rire comme on démarre une tondeuse »

…rrrahhhh…rrrrrrahhhahhah….rrrraahhhahhhahahhahahahahahhaha
NICE

C’est pas si weird.

J’en ai besoin.

De rire.

Il faut ma dose.

Donne-moi en.

Il me manque ma shot d’hormone.

Criss, je dois rire.

C’est nice le yoga du rire, mais c’est une fois semaine.

Il m’en faut plus.

J’déprime criss.

Je vais faire rire mes amis.

Avec des jokes que je trouve drôles.

Ils vont rire.

Je vais rire.

Tout le monde est gagnant.

Facile être drôle.

C’t’un pet.

Juste à répéter des jokes.

« C’est quoi la différence entre du café et des préliminaires? »

«Y’en a pas, les deux sont stimulants pis ils donnent mauvaise haleine»

AHAHAHAH!

LOL

Yes c’est facile faire rire.

J’peux en faire aussi des jokes.

Mais mes amis les trouvent pas drôles.

Pas grave.

Ce qui est important, c’est ma dose de rire.

J’en ai besoin.

Mes amis chialent.

Ils me trouvent insultant.

Ben voyons, c’est drôle ce que je dis.

Voyons, ils comprennent juste pas.

Pis en plus je le dis après.

«C’t’une joke, c’t’une joke»

Quand je dis c’t’une joke.

C’est le signal que c’est drôle, criss.

Si tu ris pas.

C’est de ta faute.

Moi ça me fait rire.

Pis c’est ça l’important.

J’ai ma dose.

J’aime ben trop rire.

J’aime trop rire pour travailler sur moi.

Sans rancune, les faux funny guys

Mike