La certitude de choisir

Choisir.

Maudit que ça peut être loooonnnnng choisir.
Faire un choix entre plusieurs éléments qui comportent tous leur lot d’avantage et d’inconvénients.
Une gelato ou une molle trempée?
J’arrête de boire ou je remets mes clés?
J’utilise du raisonnement ou j’entre dans la meute?

Tout le monde doit choisir quelque chose, quelque part, un moment donné et la raison qui amène la prise de décision nous appartient.
Nous croyons emprunter le bon chemin, car nous nous appuyons sur nos expériences, nos valeurs ou notre expertise.
Le pire ennemi qu’on puisse rencontrer sur notre route, c’est le doute.
À ne pas confondre avec la remise en question.

Nuance.

Dans le doute, il y a un manque de confiance. Que ce soit envers nous-même ou envers quelqu’un d’autre. Le doute peut aussi apparaitre lorsqu’on a peur de regretter son choix. La remise en question, je la vois plutôt comme une analyse objective du choix afin de nous permettre de le confirmer ou de l’infirmer. Si la remise en question nous prouve qu’on a tort, là vient l’humilité, mais j’embarquerais pas là dedans.

J’ai souvent douté par envie de plaire. Mes choix n’étaient pas faits pour moi, mais pour eux. Il me manquait la confiance nécessaire pour avoir la capacité d’assumer mes choix. Et comme pour n’importe quelle compétence, on peut l’améliorer.

Pourquoi je vous parle de ça? Parce que choisir est une compétence qui se travaille.
J’ai réussi à améliorer ma confiance décisionnelle grâce à l’improvisation.
Une activité qui peut sembler banale pour la plupart des gens.
« C’est juste des gens qui font des pirouettes en jogging »
Vrai…mais c’est beaucoup plus que ça.

Maintenant voici une petite liste de ce qu’on doit prendre en considération lorsqu’on monte sur scène lors d’une improvisation : écouter son partenaire, comprendre l’histoire, aider l’histoire, donner du jus à son partenaire, faire des compromis avec les diverses propositions, faire réagir le public, améliorer ou continuer le rythme de l’improvisation, s’améliorer, être divertissant, garder sa confiance et j’en passe.
Le tout, dans un intervalle d’une demi-seconde.

Une demi-seconde pour choisir ce qu’on fait. C’est extrêmement rapide. Avec l’expérience, tous ses critères sont analysés quasi par instinct.

À force de pratiquer ce loisir, l’assurance et la confiance rentrent dans mes choix de tous les jours. Dans plusieurs sphères, on m’approche pour demander mon avis avant de faire un choix, car ma confiance et mon assurance me permettent de choisir avec certitude.

C’est l’objectif à atteindre, tous les chemins sont bons. C’est quoi le tien?

Sans rancune, le doute.

Mike