Choisir le risque

Viens t’assoir, j’vais nous faire du thé pis on va se jaser du bonheur dans le blanc des yeux.

L’humain est un beau paradoxe. Il est un être de mouvement qui recherche la sécurité. Il atteint son plein potentiel en prenant des risques, mais il préfère la certitude et le contrôle. Pourtant, l’impermanence de la vie lui répète sans cesse que le contrôle n’est qu’une illusion.

Étouffe-toi pas avec ton oolong yogi frutti, je vais t’expliquer c’est quoi ça « l’impermanence de la vie ». C’est un concept bouddhiste pour expliquer que rien ne dure, que chaque chose tend à disparaître ou à changer.

Ça peut être radical. Un divorce. Un licenciement. Une mort. Ça peut être petit. Un amour qui se transforme. Un changement de carrière. Un éloignement avec un ami. Le concept reste le même. Ta vie n’est pas la même qu’il y a cinq ans et ne sera pas la même dans cinq ans.

S’tun peu déprimant tout ça hein. Bouge pas j’te fais un refill de thé, j’ai pas fini. Une fois que l’on accepte qu’il n’y a rien de permanent dans la vie, on s’attache moins à notre sécurité. On comprend que ça ne sert à rien, on lâche prise. On accueille plus facilement les petites et grandes vagues de la vie.

T’inquiètes, j’ai encore beaucoup de misère à l’accepter moi aussi. C’est pas évident de ne pas avoir d’emprise sur rien. Prend une bonne sniff de saveur artificielle de thé, j’vais te révéler un secret que ta grand-mère garde bien au chaud. Il faut avoir confiance en soi pour accepter de lâcher prise, accepter qu’on a pas le contrôle. Comprendre que la seule personne avec qui tu es certain de passer toute ta vie, c’est toi-même.

Le bonheur ça prend du courage. C’est choisir de se choisir, de se faire confiance. Une confiance en soi inébranlable. Apprendre à s’écouter. À se connaître mieux que n’importe qui. Connaître ses mécanismes de défense quand on se sent attaqué pour ne plus regretter nos réactions. Connaître ses limites physiques et psychologiques pour ne plus les dépasser et devoir se relever péniblement. Connaître sa propre valeur pour ne plus laisser les autres nous définir. C’est s’outiller pour affronter l’impermanence de la vie.

Le bonheur y’é impermanent. Le bonheur y’é badigeonné de graisse Crisco. T’as beau vouloir le retenir, il glisse et réussit toujours à s’échapper. On ne peut pas le contrôler. On peut par contre le choisir, se choisir. Parce que seul toi sais vraiment ce dont tu as besoin pour attirer ton bonheur.

Sans rancune, mon ami(e),
J’pourrais te parler des autres facettes du bonheur, mais y’a pus de thé. À ton tour d’aller trouver ton bonheur bien à toi.

Claudy Rivard
Références vidéo sur le bonheur :

  1. Le Bonheur expliqué par Frédéric Lenoir
  1. J’ai décidé d’être heureux – Documentaire réalité français

Référence littéraire :

  1. Le Livre tibétain de la vie et de la mort de Sogyal Rinpoché

 


Pour lire les anciens textes sur le même thème:

One Reply to “Choisir le risque”

  1. J’adore ! Votre billet arrive pile, poil, parfaitement dans ma vie. Merci pour la tasse de thé et le rappel 🙂

Les commentaires sont clos.